BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Le nombre d’admissions en résidence de médecins diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU) continue de progresser

Montréal, le 11 avril 2008 – Les quatre universités québécoises dotées d’une faculté de médecine soulignent que de plus en plus de médecins diplômés à l’étranger sont admis en résidence.

Le processus d’admission en résidence pour l’année 2008-2009 est toujours en cours. Après le premier tour du processus, on constate que 64 candidats diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU) sont admis dans le contingent régulier, soit vingt-deux de plus que l’année dernière à la même étape. À ce nombre s’en ajouteront probablement quelques-uns le 15 avril, date de fin du processus d’admission en résidence.

Au total, 140 DHCEU ont participé au processus cette année, de sorte que le taux d’admission de ces candidats est jusqu’à maintenant de 46 %, comparativement à 31 % l’année dernière à la même étape.

Depuis le début des années 2000, les admissions de DHCEU continuent d’augmenter, passant de 5 à au moins 64 cette année. Par ailleurs, le contexte de ressources très limitées des facultés de médecine sévit toujours et ces dernières subissent des pressions pour augmenter les admissions au premier cycle.

Les universités dotées d’une faculté de médecine poursuivent leurs efforts pour faciliter l’insertion dans le système médical québécois des médecins formés à l’étranger. Elles participent notamment à un comité ministériel dont le mandat est de proposer des mesures concrètes pour améliorer leur intégration. Toutefois, elles rappellent qu’elles ne peuvent accepter que l’accès aux programmes universitaires soit dicté par d’autres impératifs que la qualité du dossier des candidats, telle qu’évaluée par les instances universitaires mandatées pour se prononcer sur l’admission de ceux-ci.

Actuellement, 160 médecins diplômés hors du Canada et des États-Unis sont inscrits dans les programmes de résidence. Près de 200 professeurs qui ont eux aussi effectué leur formation médicale à l’étranger apportent une contribution importante à la formation et à la recherche médicales universitaires au Québec.

En ce qui a trait aux places de résidence non comblées après le premier tour, elles s’élevaient l’an dernier à 118 (sur 724 places offertes, soit 16,3 %). Cette année, elles sont au nombre de 102 (sur 781 places offertes, soit 13,1 %). Les universités et les facultés de médecine sont préoccupées par le nombre de places qui restent vacantes ; elles souhaiteraient certes que davantage de candidats puissent être admis dans les programmes de résidence. En revanche, elles estiment qu’il leur incombe de n’admettre dans leurs programmes que les candidats dont elles évaluent qu’ils ont une chance raisonnable de mener leurs études à terme.

– 30 –

Pour information :
Michel Giguère
Chargé de recherche principal
514 288-8524 (poste 208)