BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Conclusion prochaine du processus d’admission 2008 en formation médicale post-doctorale

Montréal, le 7 mai 2008 – Les quatre universités québécoises dotées d’une faculté de médecine confirment que, selon ce qui avait été convenu récemment avec les ministres Courchesne et Couillard, les dossiers des candidats diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU) qui n’ont pas été admis en résidence cette année font actuellement l’objet d’une analyse supplémentaire. L’exercice vise à assurer que, malgré toute la rigueur qui caractérise le processus d’admission en résidence, aucun candidat répondant aux critères des programmes de formation médicale postdoctorale n’ait été laissé de côté.

« Dans l’ensemble de cette démarche, les facultés de médecine ont comme préoccupations constantes l’équité entre les candidats diplômés du Québec, du Canada ou d’ailleurs et la qualité des futurs médecins qui seront au service des citoyens du Québec » a mentionné le Dr Guy Breton, président du Comité des affaires médicales de la CREPUQ (MEDU) et vice-recteur exécutif de l’Université de Montréal.

Il convient de rappeler que 68 candidats diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU) ont déjà été admis dans le contingent régulier en 2008, soit 14 de plus que l’année dernière, et un sommet historique. Près de 50% des candidats à l’admission au Québec ont été admis cette année, un taux qui est deux fois plus élevé que le taux de succès des candidats DHCEU dans les autres provinces. Par ailleurs, 5 autres DHCEU ont été admis dans le contingent particulier. C’est donc, pour l’heure, un total de 74 personnes diplômées de facultés non reconnues par les organismes d’agrément canadiens et américains qui auront l’occasion d’entreprendre leur résidence à compter du 1er juillet 2008.

Le président de la Conférence des doyens des facultés de médecine, le Dr Richard Levin, doyen de la faculté de médecine de l’Université McGill, rappelle que des travaux conjoints et continus des quatre universités avec les deux ministères en cause se poursuivent de façon à améliorer non seulement le taux d’admission mais aussi le taux de diplomation des DHCEU admis, lequel est actuellement significativement inférieur à celui des diplômés des facultés de médecine reconnues par les organismes d’agrément canadiens et américains. « L’objectif recherché par tous est certes de solutionner de façon durable le problème de la pénurie d’effectifs médicaux au Québec » a ajouté le Dr Levin.

Dans l’ensemble, c’est plus de 700 nouveaux résidents qui amorceront leur formation médicale postdoctorale sous peu, ayant été admis dans le contingent régulier, lequel accueille le groupe principal des futurs médecins appelés à s’ajouter aux effectifs médicaux québécois. Il s’agit d’un sommet sans précédent qui représente une hausse de 11,5 % par rapport à l’admission 2007 et une augmentation de plus de 60 % par rapport à la situation qui prévalait il y a à peine huit ans, alors que 441 résidents avaient été admis dans ce contingent.

Les quatre universités québécoises dotées d’une faculté de médecine traceront un bilan final des résultats du processus d’admission 2008 en formation médicale post-doctorale lorsque celui-ci sera entièrement complété, ce qui devrait être le cas dans environ 10 jours.

– 30 –

Pour information :
Michel Giguère
Chargé de recherche principal
514 288-8524, poste 208