BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Auditions des chefs d’établissement universitaire devant la Commission de la culture et de l’éducation : Bilan positif de la gestion des fonds publics et fragilité du système universitaire québécois

Montréal, le 8 septembre 2010 – Dans le cadre des auditions devant la Commission de la culture et de l’éducation, qui se sont terminées hier, les chefs d’établissement universitaire ont présenté un bilan fort positif de la gestion des fonds publics en déposant toute une série d’informations et d’indicateurs couvrant tous les aspects de la gestion universitaire dont, entre autres, la clientèle étudiante, la réussite des études, les subventions de recherche et les données financières.

Ces auditions s’inscrivent dans un processus continu et intégré de reddition de comptes auprès des instances universitaires, du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, de l’Assemblée nationale et de la société en général. Une fois tous les trois ans, les chefs d’établissement sont appelés à faire le point sur la contribution des universités à la société québécoise et à présenter aux membres de la Commission les états financiers de leur établissement respectif ainsi qu’un rapport sur la performance de leur établissement et sur leurs perspectives de développement.

Les établissements universitaires ont également eu l’occasion d’exprimer leur volonté de poursuivre leur quête d’excellence en enseignement et en recherche afin de contribuer à la prospérité du Québec et à son rayonnement à l’échelle internationale.

« Cet important exercice de reddition de comptes a permis aux chefs d’établissement d’avoir des échanges fructueux avec les membres de la Commission et de mettre en évidence, par de nombreux exemples, la contribution importante des universités au développement des régions et du Québec et les liens développés avec la communauté et les entreprises », a déclaré le président du Conseil d’administration de la CREPUQ, monsieur Denis Brière, recteur de l’Université Laval.

« Les auditions ont également été l’occasion de faire ressortir à quel point le système universitaire québécois est aujourd’hui fragilisé. Même si le Québec tire profit d’un système universitaire de haut niveau qui offre une formation de grande qualité et présente d’excellentes performances en recherche, le manque de ressources financières se fait sentir dans tous les établissements universitaires, qu’il prenne la forme de déficits accumulés ou d’investissements reportés, et menace dorénavant la qualité de la formation et la compétitivité de nos universités en recherche », a souligné monsieur Daniel Zizian, président-directeur général de la CREPUQ.

À cet égard, la Rencontre des partenaires de l’éducation qui doit avoir lieu à l’automne constitue une priorité pour la CREPUQ. Cette Rencontre devra permettre de voir émerger une solution au problème du sous-financement des établissements universitaires québécois, solution qui devra assurer aux universités de pouvoir constamment améliorer la qualité de la formation universitaire tout en renforçant l’accessibilité.

La CREPUQ regroupe les établissements universitaires du Québec. Elle agit comme porte-parole auprès du gouvernement et des milieux intéressés par l’enseignement et la recherche universitaires. Elle est également un outil de coordination et de concertation entre les universités, un centre de recherche au service des administrations universitaires, un agent coordonnateur de services communs, ainsi qu’un centre de ressourcement et de réflexion pour ses membres.

– 30 –

Source :
Chantal Pouliot, directrice des communications
Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec
514 288-8524, poste 244