BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

La CREPUQ adhère aux principes de saine gouvernance en matière de ressources informationnelles, sous la responsabilité des conseils d’administration des universités plutôt que par voie législative

Montréal, le 6 avril 2011– La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) adhère aux objectifs poursuivis par le projet de loi no 133, Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement, soit la saine gouvernance et la gestion rigoureuse des ressources informationnelles, mais estime que l’application de ces principes devrait relever de la responsabilité des conseils d’administration des universités, qui sont imputables pour les décisions prises en ces matières.

Les établissements universitaires ont déjà entrepris l’implantation et le déploiement de pratiques de saine gouvernance, notamment dans la planification et le suivi des projets et des activités en ressources informationnelles, dans le but d’assurer des services de qualité à leurs clientèles, aux niveaux administratif et académique. L’ajout de mesures d’approbation, de suivi et de reddition de comptes est susceptible d’engendrer des coûts et des délais de réalisation qui risquent d’alourdir la gestion des projets et des activités en ressources informationnelles, compromettant l’atteinte de l’objectif d’utilisation rigoureuse des ressources financières.

« La gouvernance et la gestion des ressources informationnelles représentent un enjeu majeur pour les établissements universitaires comme pour l’État québécois ; les sommes investies dans ce secteur doivent avoir une incidence positive sur l’amélioration et l’efficience de nos opérations, au bénéfice de nos clientèles. C’est pourquoi nous poursuivons, de façon continue, l’amélioration de nos pratiques en matière de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles. Responsabilité, imputabilité et efficience doivent sous-tendre les actions en ce domaine » a déclaré le président du Conseil d’administration de la CREPUQ, monsieur Denis Brière, recteur de l’Université Laval.

Les établissements universitaires invitent donc le gouvernement à reconsidérer la stratégie qui a inspiré le projet de loi no 133 à l’égard des universités et à envisager la gouvernance des ressources informationnelles dans un cadre différent.

Le modèle de gouvernance que proposent les établissements universitaires vise à assurer la compétitivité de nos universités dans un contexte de mondialisation, afin que notre réseau universitaire tire profit des ressources informationnelles en tant que levier de transformation, pour contribuer de façon importante au développement économique, social et culturel du Québec ainsi qu’à son rayonnement international.

« Nous sommes d’avis qu’une gouvernance universitaire en matière de ressources informationnelles serait mieux servie si elle tenait compte du caractère propre de chaque établissement. Ainsi, nous proposons la conclusion d’ententes de partenariat entre la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et chacun des établissements, plutôt que par la voie législative. C’est d’ailleurs l’approche qui a été retenue dans le cadre du Budget 2011-2012 déposé par le ministre des Finances. Cette approche permettrait d’intégrer les préoccupations du gouvernement en matière de ressources informationnelles, notamment à l’égard de la mise en place d’outils de gestion, de mécanismes d’approbation et d’autorisation, ainsi que de mesures de suivi et de reddition de comptes » a pour sa part conclu monsieur Daniel Zizian, président-directeur général de la CREPUQ.

Le mémoire est disponible sur le site Internet de la CREPUQ à l’adresse : http://www.crepuq.qc.ca/spip.php ?article1312&lang=fr.

La CREPUQ regroupe les 18 établissements universitaires du Québec. Elle agit comme porte-parole auprès du gouvernement et des milieux intéressés par l’enseignement et la recherche universitaires. Elle est également un outil de coordination et de concertation entre les universités, un centre de recherche au service des administrations universitaires, un agent coordonnateur de services communs, ainsi qu’un centre de ressourcement et de réflexion pour ses membres.

– 30 –

Source :
Chantal Pouliot, directrice des communications
Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec
514 288-8524, poste 244
chantal.pouliot@crepuq.qc.ca