BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Entente sur les autorisations d’études hors établissement : finis les déplacements. 12 novembre 2002

Communiqué

ENTENTE SUR LES AUTORISATIONS D’ÉTUDES HORS

ÉTABLISSEMENT : FINIS LES DÉPLACEMENTS.

Montréal, le 12 novembre 2002 - La CREPUQ est heureuse d’informer les

étudiantes et les étudiants désireux de se prévaloir de l’entente sur les autorisations d’études hors établissement, qu’ils pourront, à compter du 19 novembre 2002, le faire à partir de leur propre micro-ordinateur. C’en est donc fini des déplacements que, jusque-là, ils devaient faire pour obtenir les autorisations requises de la part des registraires et des responsables de programme des établissements d’attache et d’accueil.

L’entente sur les autorisations d’études hors établissement permet à un étudiant inscrit comme étudiant régulier dans un établissement universitaire (l’établissement d’attache) de suivre, dans le cadre de son programme d’études, un ou plusieurs cours qu’il souhaite, pour des raisons valables, prendre dans un autre établissement universitaire (l’établissement d’accueil).

Cette entente a pour objectif premier d’offrir aux étudiantes et aux étudiants L’accès à un éventail de cours beaucoup plus important, tout en demeurant inscrits dans leur établissement d’attache.

Du point de vue de l’ensemble des établissements universitaires, l’inscription en ligne à ce système, qui a pour effet d’en faciliter l’accès, encouragera la mobilité des étudiantes et des étudiants, ce qui était d’ailleurs souhaité par la Commission des universités sur les programmes dans son rapport final. En plus des économies découlant de l’allègement administratif de la procédure, les établissements pourront aussi atteindre des seuils de fréquentation plus élevés pour certains cours et, également, offrir à leurs étudiantes et à leurs étudiants la possibilité d’avoir accès à des cours qu’ils n’offrent pas, ou pour

lesquels les inscriptions seraient insuffisantes pour justifier qu’on les offre à un trimestre donné.

« Il s’agit là d’une réalisation qui a nécessité des efforts considérables de la part du personnel impliqué, tant à la CREPUQ que dans les établissements eux-mêmes. Elle témoigne de la volonté des établissements universitaires d’améliorer sans cesse la qualité des services offerts à leurs étudiantes et à leurs étudiants, tout en poursuivant l’objectif constant d’améliorer l’efficacité de leur fonctionnement et la rationalisation de leurs activités », de déclarer le

président de la CREPUQ, monsieur Pierre Lucier, qui est aussi président de

l’Université du Québec.

Pour information :

Yvon Bousquet ou Réjean Drolet

Chargés de recherche

(514) 288-8524