BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Réaction de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec au budget du Québec. 29 mars 2001

Communiqué

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

RÉACTION DE LA CONFÉRENCE DES RECTEURS ET DES PRINCIPAUX DES UNIVERSITÉS DU QUÉBEC AU BUDGET DU QUÉBEC.

Montréal, le 29 mars 2001 - Les chefs d’établissement universitaire du Québec ont accueilli avec satisfaction les mesures concernant les universités qui ont été annoncées hier par la ministre des Finances à l’occasion de la présentation du budget pour l’exercice 2001-02.

Parmi les principales mesures annoncées, il faut noter le respect des engagements pris lors du Sommet du Québec et de la jeunesse à l’égard du réinvestissement et du financement des coûts de système, et la création d’une réserve de 200 M $ destinée, notamment, « à améliorer et à mettre à jour les parcs technologique et immobilier ».

Dans le domaine de la recherche, il faut souligner, dans la foulée de la politique de la science et de l’innovation, l’injection de 250 M $ sur trois ans pour soutenir des projets structurants en recherche et innovation, et la création d’une réserve de 50 M $ pour financer des initiatives de recherche.

Selon le président de la CREPUQ, monsieur François Tavenas, recteur de l’Université Laval, « il était essentiel que le budget vienne confirmer les engagements pris lors du Sommet du Québec et de la jeunesse. Il faudra cependant veiller à ce que les règles budgétaires traduisent rigoureusement ces engagements. Il était aussi important que le gouvernement manifeste sa volonté d’appuyer concrètement la politique de la science et de l’innovation publiée récemment. Les mesures annoncées à ce sujet représentent un premier pas significatif, mais qui devra être suivi d’autres si l’on veut que le Québec occupe une place de choix au sein de l’économie du savoir.

Enfin, étant donné l’énorme retard à rattraper dans plusieurs domaines de leurs activités, y compris les parcs technologique et immobilier, il va sans dire que les universités verront à obtenir leur juste part de l’enveloppe de 200 M $ prévue à cette fin. »

Pour information :

François Tavenas

Président de la CREPUQ

(418) 656-2272