BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Il y a, et il y aura, pénurie de professeurs d’université au Québec, 4 février 2004

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Montréal, le 4 février 2004 - Une étude de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) confirme qu’il y a actuellement pénurie de professeurs d’université au Québec.

L’étude démontre que pour simplement restaurer le ratio étudiants/professeur qui prévalait en 1994-1995, avant la période de compressions, et tenir compte de la croissance des effectifs étudiants qui est intervenue depuis lors, il devrait y avoir 1340 professeurs de plus dans nos universités cette année.

De plus, des prévisions de demandes d’effectifs professoraux, pour la période allant de 2004 à 2012, montrent que c’est environ 1 000 professeurs, par année, que les universités devront embaucher pour tenir compte du remplacement des professeurs qui quittent, de la croissance des clientèles étudiantes et de la restauration graduelle du ratio étudiants/professeur. Il s’agit là du défi le plus important qu’auront à relever les universités, au cours des prochaines années, pour assurer aux étudiants la qualité de formation à laquelle ils ont droit et qui leur sera nécessaire dans l’environnement concurrentiel dans lequel ils seront appelés à évoluer.

« C’est lorsque l’on met la demande pour des professeurs en parallèle avec l’offre que l’on réalise l’ampleur du défi à relever », explique M. Robert Lacroix, président de la CREPUQ et recteur de l’Université de Montréal. « Toutes les universités sont à la recherche de candidats ayant complété des études post-doctorales. Or, ces personnes sont extrêmement mobiles et elles sont recherchées aussi bien par les plus grandes universités à travers le monde que par le secteur privé. Dans ce marché hautement concurrentiel et dans l’état de sous-financement dans lequel se trouvent nos universités québécoises, le recrutement de ces candidats s’avère très difficile », conclut M. Lacroix.

La CREPUQ transmettra sa position sur le financement des universités lors de la Commission de l’éducation, qui tiendra une consultation générale afin d’examiner les enjeux entourant la qualité, l’accessibilité et le financement des universités au Québec. Cette consultation générale doit débuter le 17 février prochain.

La CREPUQ

Fondée en 1963, la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) regroupe, sur une base volontaire, tous les établissements universitaires québécois. Elle est un forum d’échanges et de concertation entre les universités, un gestionnaire de services, un porte-parole et un organe de représentation auprès du gouvernement et des milieux intéressés à l’enseignement universitaire, un centre de recherche et un lieu de ressourcement et de réflexion au service des administrations universitaires.

Consulter l’étude

Pour information :

Pierre Bouchard

Conseiller en communication

514-288-8524, poste 245

514-951-7516 (portable)