BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Réaction de la CREPUQ au rapport de la Commission de l’éducation à la suite de la consultation générale sur les enjeux entourant la qualité, l’accessibilité et le financement des universités au Québec.

COMMUNIQUÉ

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

RÉACTION DE LA CREPUQ AU RAPPORT DE LA COMMISSION DE L’ÉDUCATION À LA SUITE DE LA CONSULTATION GÉNÉRALE SUR LES ENJEUX ENTOURANT LA QUALITÉ, L’ACCESSIBILITÉ ET LE FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS AU QUÉBEC.

Montréal, le 16 juin - Les chefs d’établissements universitaires tiennent d’abord à féliciter la Commission de l’éducation pour la qualité du rapport qu’elle a produit, à la suite de l’importante consultation qu’elle a tenue sur la qualité, l’accessibilité et le financement des universités au Québec.

« Des groupes ou des établissements particuliers voudront sans doute commenter des recommandations qui s’adressent à eux plus directement. Pour notre part, à la CREPUQ, nous nous réjouissons de constater que la Commission ait bien cerné les grands enjeux stratégiques qui touchent le système universitaire dans son ensemble dont, notamment, la nécessité que les universités québécoises rattrapent le niveau de financement des universités canadiennes selon un échéancier raisonnable, pour reprendre les termes de la Commission, et même le plus rapidement possible » de

déclarer monsieur Robert Lacroix, président de la CREPUQ et recteur de l’Université de Montréal.

Certaines parties du rapport et les recommandations qui en découlent ont

particulièrement retenu notre attention, dans la mesure où elles rejoignent les perceptions des chefs d’établissement quant aux principaux défis auxquels est confronté le système universitaire et qu’il lui faudra relever si l’on veut que nos universités soient compétitives à l’échelle canadienne et internationale.

Parmi ces défis, on pense en premier lieu à la nécessité de maintenir le cap sur l’accessibilité à une formation de qualité et dans ce contexte, selon l’une des recommandations du rapport, d’assurer aux « universités les ressources nécessaires pour leur permettre de recruter et de retenir le nombre de professeurs dont elles ont besoin dans les différents domaines ».

Il faut aussi souligner la préoccupation manifestée par la Commission quant à la valorisation de la fonction d’enseignement et à l’équilibre à maintenir entre les activités d’enseignement et de recherche dans la tâche professorale. Cette préoccupation, les chefs d’établissement la partagent entièrement, tel qu’en témoignent d’ailleurs la prise en compte de ce critère dans les politiques de promotion et l’existence de politiques d’évaluation des enseignements.

D’autres recommandations méritent aussi notre attention mais, dans le cadre du présent communiqué, on nous permettra d’en énumérer deux qui ont aussi un lien avec la qualité de la formation. On pense ici au financement adéquat des frais indirects de la recherche, et à celui de l’entretien des installations nécessaires à l’enseignement et à la recherche.

Enfin, un mot sur un élément du rapport qui touche l’un des fondements de l’économie du système universitaire québécois où l’autonomie des établissements comporte, en contrepartie, des mécanismes de reddition de comptes a posteriori des plus élaborés.

Le mémoire de la CREPUQ avait insisté sur ce sujet pour démontrer que les pratiques québécoises en matière de reddition de comptes avaient, à maints égards, valeur de modèle. Étant donné l’importance qu’ils attachent à cette question, les chefs d’établissement tiennent à manifester leur ouverture face au souhait de la Commission que, dans cette perspective, soient développés des indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour « mieux traduire l’attente des objectifs et des engagement des établissements ».

« En terminant, les chefs d’établissement tiennent à saluer les membres de la Commission de l’éducation pour le travail exceptionnel qu’ils ont accompli à l’occasion des audiences qu’ils ont tenues lors de la consultation générale sur les enjeux entourant la qualité, l’accessibilité et le financement des universités au Québec. Le rapport qui en émane est à la hauteur des efforts qui ont été investis dans ces travaux et témoigne d’une grande sensibilité quant à l’importance de l’université pour l’avenir du Québec. Ainsi, grâce à leurs élus et à tous ceux qui ont participé à cette consultation, les Québécois et les Québécoises auront une meilleure connaissance de cette grande institution et des défis qu’elle doit relever pour assurer sa pleine contribution au développement de notre société. Il s’agit là d’un remarquable exercice démocratique. Reste maintenant à espérer qu’il portera ses fruits et contribuera à ce que les universités québécoises redeviennent, le plus rapidement possible, compétitives à l’échelle canadienne et internationale », de conclure monsieur Lacroix.

Pour information :

Jacques Bordeleau

Directeur général

Bureau : (514) 288-8524, poste 201