BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

L’éducation : l’avenir du Québec
Rapport sur l’accès à l’éducation : le défi a été relevé

Montréal, le 19 octobre 2005 - Les chefs d’établissement universitaire accueillent avec beaucoup de satisfaction le rapport intitulé « L’éducation, l’avenir du Québec », qui a été rendu public aujourd’hui. Ce rapport a été produit par un comité créé dans la foulée d’une décision prise lors du Forum des générations, qui s’est tenu l’an dernier.

Dans le traitement qui est fait de la problématique universitaire, rien n’a été oublié des grands enjeux auxquels les universités sont confrontées aujourd’hui. C’est ainsi qu’après avoir démontré l’extraordinaire effort de rattrapage qui a été fait au cours des quarante dernières années en matière de scolarisation universitaire, le rapport réaffirme la nécessité de poursuivre les objectifs d’accessibilité, de persévérance et de qualité. En référence aux importants travaux de la Commission de l’éducation l’an dernier, il traite aussi de l’incontournable problème du sous-financement de nos universités, au moment où les attentes de la société à leur endroit sont plus élevées que jamais, étant donné leur rôle déterminant pour la place du Québec au sein de l’économie du savoir.

« Il faut féliciter le président du comité qui a produit ce rapport, monsieur Michel Gervais, d’avoir réussi à susciter de solides convergences, au sein d’un groupe nombreux et diversifié, sur des enjeux aussi cruciaux pour l’avenir du Québec », de déclarer monsieur Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l’UQAM.

On retrouve aussi, dans le rapport, une affirmation non équivoque de la nécessité d’augmenter rapidement les transferts au titre de l’enseignement postsecondaire comme moyen de réinvestir, à court terme, dans nos universités. L’idée de susciter un débat public sur les enjeux entourant les sources du financement universitaire, et notamment la contribution de l’État, la question des droits de scolarité et l’aide financière aux étudiants en lien avec les objectifs d’accessibilité et de qualité mérite aussi d’être soulignée. Ceci dans la perspective de s’assurer que, dans les meilleurs délais, les universités québécoises disposent de ressources comparables à celles de leurs consoeurs des autres provinces. C’est la qualité de la formation offerte à nos étudiants qui, ultimement, est ici en cause.

Parmi les nombreuses questions abordées dans ce rapport, une autre revêt une importance primordiale, celle du défi démographique, qui se pose avec une acuité variable selon les régions, et dont la solution passe, selon le rapport, par une concertation interordre renforcée pour maximiser l’offre de services éducatifs de qualité sur l’ensemble du territoire.

« Alors que le mandat confié à ce comité suscitait à l’origine un certain scepticisme, force est de reconnaître que le résultat de son travail représente une synthèse saisissante et éclairante des principaux enjeux de l’éducation au Québec, et que des pistes y sont proposées pour la suite des choses. Cela dit, comme le rapport Gervais le fait ressortir, l’éducation demeure, au Québec, une valeur fragile. Dans ce sens, le plaidoyer visant à refaire de l’éducation une priorité nationale constitue peut-être l’un des messages les plus importants de ce rapport », de conclure monsieur Denis.

Pour information :

Jacques Bordeleau

Directeur général

514 288-8524, poste 201